dimanche 21 janvier 2018

[Philatélie] Georges Méliès (8 décembre 1861 - 21 janvier 1938)

Le 21 janvier 1938 mourait Georges Méliès. Ce génie du cinématographe a eu les honneurs de la philatélie à plusieurs reprises.

En 1961 la Poste française célèbre le centenaire de sa naissance avec un timbre qui donna lieu à des enveloppes et lettres "premier jour" datées du 11 mars 1961.














Il existe aussi un cachet temporaire Centenaire de Georges Méliès qui fut utilisé à Montreuil en 1961:





En 1987, le Cinéma Georges Méliès de Montreuil a les honneurs d'une "flamme":



En 2002, la principauté de Monaco consacre un timbre au Voyage dans la Lune pour le centenaire du film et émet une enveloppe "premier jour" datée du 2 septembre 2002.







En 2011, Monaco célèbre le 150ème anniversaire de sa naissance. Un timbre est émis à cette occasion ainsi qu'une enveloppe "premier jour" datée du 28 septembre 2011.






mercredi 17 janvier 2018

En 2018: Vachel Lindsay, The Golden Book of Springfield (1918)

Vachel Lindsay n'est guère connu de ce côté de l'Atlantique. Aux Etats-Unis il est considéré comme le fondateur de la poésie chantée moderne (ce que lui reproche l'auteur de la critique qui suit).
La ville où il est né en 1879 (et où il est mort en 1931) lui inspire un ouvrage d'anticipation The Golden Book of Springfield , écrit entre 1904 et 1918 et publié en 1920, dans lequel il dresse le portait de la capitale de l'Illinois (rien à voir avec le Springfield de la série animée Les Simpson)  en 2018.
Cette oeuvre est tout à la fois mystique et utopique. Dans l'ouvrage de nombreuses voix se font entendre (ce qui perturbe le rédacteur de la chronique qui suit). L'ouvrage n'a pas été traduit en français mais a été chroniqué et critiqué dans la revue L'Europe nouvelle, n° 19, 7 mai 1921.
Le critique semble donner une image sans doute imparfaite de Vachel Lindsay. La réédition américaine de 1999 précise ainsi que:


Vachel Lindsay (1879-1931) était le poète américain le plus intensément romantique de sa génération. Moins connu est le fait que Lindsay était aussi un critique radical de la suprématie blanche, de la cupidité, de la misère, de la brutalité, de la laideur et du vide inhérents à la culture capitaliste américaine.
et de citer Charles Fourier, Edward Bellamy ou John Ruskin... A lire la recension de l'époque, on mesure l'écart entre deux visions de l'oeuvre.

Critique anonyme de 1921

The Golden Book of Springfield (Le livre d'or de Springfield), par Vachel Lindsay. New-York. The Macmillan Company, éd., 1920 (1).

M Vachel Lindsay s'est fait connaître surtout comme l'auteur de vers truculents destinés à être chantés et même criés par des gens qui s'assemblent pour se procurer le plaisir de hurler de concert. Il possède ce don verbal qui, en poésie, tient quelquefois lieu de pensée et sensibilité. Seulement nous attendons d'un ouvrage en prose mieux qu'une cascade de mots. M. Vachel Lindsay a écrit le roman de ce que sera la ville de Springfield (Illinois) en l'année 2018. Roman sans intrigue et sans fiction, roman de visions confuses et qu'on ne saurait raconter. Les anticipations de ce genre comportent toute une partie conventionnelle dont on ne peut dire si elle présente le moindre caractère de vraisemblance. Elle pourrait brûler par l'intention mais l'imagination de M. Vachel Lindsay manque de force et d'ampleur. Ce n'est pas faire œuvre de devin bien original que de nous annoncer que, dans un siècle, il y aura un gouvernement du monde, que les femmes formeront des régiments de cavalerie et voteront avec assiduité, que, parmi leurs nouvelles professions, elles compteront celle de médecin pour chiens et chats et qu'on se battra en l'honneur des doctrines de Karl Marx comme jadis, pour la plus grande gloire des religions. Ce qui est beaucoup plus intéressant, c'est de trouver parmi ces prophéties des indices de l'état d'esprit contemporain. La manière dont on imagine l'avenir dépend des idées que l'on se forme sur le présent. Ainsi M. Lindsay croit à l'institution future d'un gouvernement universel, World government mais il estime que la Fédération américaine se sera réservé le droit de demeurer indépendante de cet organe politique, tout, en bénéficiant des avantages qui en résulteraient et c'est là une attitude qui pourrait bien ne pas attendre un siècle avant de se manifester. Si l'on nous prédit qu'en 2018 les nègres ne seront pas encore considérés par les Américains comme des créatures tout a fait humaines, nous aurons le sentiment que ce point de vue sur les races est celui de 1920. Si l'on situe a Singapour l'origine à venir d'un mouvement de fanatisme et de militarisme qui menacera la démocratie mondiale et si l'on nous dépeint les nations du prochain siècle comme fort occupées à se tenir prêtes pour la guerre qu'un des membres du World Government prémédite contre tous les autres, nous comprendrons quelle sorte d'efficacité l'on attribue actuellement à la Société des Nations.


(1) En lecture à « Shakespeare and Co », 8, rue Dupuytren.

Ce billet fait partie d'une série consacrée à l'année 2018 vue par les auteurs du passé (prophétie, anticipation, prospective). Pour retrouver tous les billets de cette série, cliquez ICI

lundi 15 janvier 2018

2018: une base nazie découverte sur la Lune (Iron Sky)

La rumeur de la base nazie sur la Lune est fort ancienne. Sans doute naît-elle même dans la fiction avec Rocket Ship Galileo (1947) de Robert Heinlein , on retrouve même ce trope dans la série du Capitaine Ricardo (des fascicules belges des années 1949-1950). C'est l'argument du film Iron Sky réalisé par Timo Vuorensola en 2012, genre SF déjantée.



Le résumé donné par Wikipedia signale les multiples rebondissements et les idées pour le moins loufoques à l'oeuvre dans cet OVNI cinématographique:


2018. Une mission lunaire est envoyée dans l'espace à des fins électoralistes pour aider à la réélection d'une présidente américaine en difficulté et pour trouver des gisements d'Hélium 3 sur la face cachée de la Lune, élément nécessaire à une future exploration spatiale. Une fois sur place, un des astronautes se rend compte qu'un cratère est habité et se fait abattre par un garde portant une combinaison nazie. Washington, son compagnon, est, lui, capturé par la patrouille qui voit en lui un éclaireur pour une attaque américaine à venir.Quand les gardes se rendent compte que leur prisonnier est noir, ils le livrent au docteur Ritcher pour examens et interrogatoire. Le scientifique s'empare du téléphone portable de l'astronaute et comprend que la technologie informatique terrienne dépasse tout ce que les nazis ont pu construire sur la Lune. Le commandant nazi Adler voit l'occasion de réaliser ses ambitions de prise du pouvoir pour remplacer Krotsfleich, le Führer malade, quand le téléphone tombe en panne faute de batterie rechargée et obtient le commandement d'une mission visant à retourner sur Terre afin de s'en procurer un autre et de parlementer avec la présidente, que l'astronaute connaît depuis qu'elle l'a sélectionné pour le côté médiatique du voyage.Sur Terre, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit suite à la destruction de la mission lunaire et le délégué américain a du mal à cacher les visées exploratoires de la mission.Adler embarque pour la Terre en compagnie de Washington, qui a fait semblant d'avoir été converti au nazisme pour rester en vie, ignorant que le docteur Ritcher en a fait un albinos pour l'aryaniser au maximum de ses possibilités. La fille du scientifique, Renate, institutrice et promise à Adler en raison de leur 
caractéristiques génétiques, embarque en secret et se révèle à l'atterrissage au nord de New York.Washington présente Adler à Vanessa Wagner, qui est chargée de la communication de la candidate. N'ayant plus besoin de son prisonnier, Adler l'abandonne à son sort. Wagner est subjuguée par le charisme d'Adler et décide d'en faire la pièce maîtresse de la campagne électorale en cours, reprenant ses discours nazis édulcorés pour subjuguer les électeurs. Washington, lui, essaye d'alerter le public mais nul ne le croit.Trois mois plus tard, le chemin de Renate croise à nouveau la route de Washington qui lui fait comprendre une réalité du régime nazi qui est soigneusement cachée aux exilés lunaires. Renate, qui a laissé à Wagner sa place de favorite dans le cœur d'Adler, décide de le rejoindre dans sa lutte. Adler, lui, estime le moment venu pour déclencher son coup d'État mais il est devancé par Krotsfleich qui ne lui a jamais fait confiance et qui est venu spécialement sur Terre pour l'exécuter. Wagner parvient à désarmer un garde et à éliminer Krotsfleich et ses sbires. 
Adler décide de regagner la Lune avec une tablette pour alimenter les mémoires d'un vaisseau spatial géant en construction depuis quarante ans, décidant de laisser Wagner derrière lui, ne l'estimant pas assez digne en fin de compte pour lui. Furieuse, Wagner dénonce les actes d'Adler à la Présidente qui se voit ravie de l'invasion nazie imminente car cela lui assurerait une réélection facile.Sous les ordres d'Adler, la flotte nazie attaque la Terre et bombarde la planète avec des météores depuis l'orbite terrestre afin de laisser le temps au nouveau dirigeant nazi de mettre en marche le vaisseau géant. La présidente confie à Wagner le commandement d'une pseudo navette d'exploration spatiale, en réalité un croiseur armé de têtes nucléaires, et la charge de détruire la flotte ennemie avec l'aide des autres stations orbitales qui toutes se révèlent être en fait des vaisseaux armés. Une fois la flotte nazie détruite, les vaisseaux terriens se dirigent vers la base lunaire et la détruisent en grande partie, mais ils ne peuvent rien faire contre le Soleil Noir qu'Adler a activé pour détruire la Terre. Washington et Renate ont embarqué en secret dans le vaisseau. Renate charge son ami d'aller détruire les moteurs pendant qu'elle va retrouver Adler pour le tuer. Impatient, Adler détruit une partie de la Lune car il ne veut pas attendre de voir la Terre se lever pour détruire la planète. Renate s'infiltre dans le centre de commandement et tue Adler pendant que Washington se bat contre Ritcher avant de le tuer et de détruire le matériel informatique. Le Soleil Noir, privé d'énergie, s'écrase sur la Lune. Renate et Washington s'échappent séparément dans des capsules et regagnent les ruines de la base lunaire. L'astronaute a trouvé de quoi effacer son albinisme et redevient noir à sa grande satisfaction et à celle de Renate qui l'embrasse au grand scandale des survivants.Sur Terre, le conseil de sécurité s'émeut de voir la présidente américaine proclamer la mainmise sur les réserves nazies d'Hélium 3 et une bagarre générale éclate. Dans l'espace, les anciens alliés se détruisent mutuellement pendant que la Terre succombe à une guerre nucléaire provoquée par la ruée sur l'Helium 3.



Ce billet fait partie d'une série consacrée à l'année 2018 vue par les auteurs du passé (prophétie, anticipation, prospective). Pour retrouver tous les billets de cette série, cliquez ICI

mercredi 10 janvier 2018

En 2018 : Très curieuses prophéties de Thomas-Joseph Moult sur les événements contemporains

Thomas-Joseph Moult est un auteur mystérieux. ArchéoSF a présenté quelques informations (douteuses) à son sujet (lire sa biographie).
Dans les Très curieuses prophéties de Thomas-Joseph Moult sur les événements contemporains on peut lire à propos de l'année 2018:




Ce billet fait partie d'une série consacrée à l'année 2018 vue par les auteurs du passé (prophétie, anticipation, prospective). Pour retrouver tous les billets de cette série, cliquez ICI

lundi 8 janvier 2018

2018: l'année Rollerball


En 1975 sort le film Rollerball, réalisé par Norman Jewison d'après la nouvelle "Meurtre au Jeu de Boules" ("Roller Ball murders", 1973) de William Harrison (1), dont l'action se déroule en 2018 dans un monde où les nations ont disparu, remplacées par des cartels à dimension mondiales: Énergie, Luxe, Alimentation, Logement, Communications et Transports. C'est un monde de paix mais dans lequel les pulsions violentes passent par le sport Rollerball. 
Le capitaine de l'équipe de Houston Jonathan E. (incarné par James Caan) est très populaire, trop au goût des cartels qui dominent le monde et qui refusent de voir une individualité émerger. Jonathan E. souhaite poursuivre sa carrière et c'est tout l'enjeu du film.


(1) la nouvelle a été recueillie par Gérard Klein dans l'anthologie Histoires de l'an 2000, dans la série La Grande Anthologie de la science-fiction, 1985




Ce billet fait partie d'une série consacrée à l'année 2018 vue par les auteurs du passé (prophétie, anticipation, prospective). Pour retrouver tous les billets de cette série, cliquez ICI

dimanche 7 janvier 2018

L'Amour en l'an 2000 (1933)

De nombreux spectacles dont il ne nous reste que des traces dans la presse ont eu pour objet une projection dans un futur plus ou moins lointain. Cette science-fiction invisible est difficile à saisir.
Le 12 octobre 1933, le journal Chantecler (publié à Hanoï) rapporte une animation au Latitude 43 à Saint-Tropez sous la forme d'un dîner (demi-)mondain sur le thème de l'amour en l'an 2000.
Le Latitude 43 a été construit en 1932, et était le premier palace érigé dans le Golfe de Saint Tropez. Il s'agit du chef-d'oeuvre de l'architecte Georges-Henri Pingusson. Projet ambitieux (un hôtel accompagné d'un restaurant, d'un casino, d'un dancing, d'un complexe sportif, d'une piscine olympique ... dans un parce de 7 hectares), il ne fut en exploitation que quelques années. Cet complexe était dédié au
Une exposition lui a été consacrée en 2013 à Saint Tropez:




Le 15 août 1933, un grand dîner est donné auquel participent de nombreuses célébrités. Le thème est tout à fait conjectural (L'Amour en l'an 2000) mais le succès fut pour le moins faible si l'on en croit la presse de l'époque avec l'article du Chantecler:



Mistinguett, Jane Marnac, Jane Renouard, Edmonde Guy, Annabella, Jean Murat, Sylvette Fillacier, Pierre Lazneff, une demi-douzaine de princes plus ou moins authentiques, un archiduc en disponibilité, une bonne douzaine de comtes ou assimilés, sans compter deux à trois cents seigneurs, dont les noms, en d'autres circonstances, auraient tenu la vedette, mais qui disparaissaient ici dans la foule, s'étaient déplacés pour venir assister, le 15 août, au Latitude 43, au dîner consacré à l'Amour en l'an 2000. 
L'idée première des organisateurs du gala était de demander à quelques couples, choisis dans la salle, de venir faire en piste une exhibition, pour montrer au restant du public ce, qu'à leur idée, devait, en l'an 2000, devenir le baiser sur la bouche. Mais malgré l'attrait présenté par de fort jolies primes, ce fut un dégonflage général…
L'atmosphère voulue était créée pourtant par le motif décoratif de Reney Louvat, représentant ce que devait être, dans l'idée de l'artiste, un lieu que la morale réprouve, mais que la police tolère, au début du siècle prochain. Ce décor, hélas ! ne servit de rien, si ce n'est à faire rêver les spectateurs...