mercredi 28 juin 2017

Hector Berlioz, Euphonia ou la ville musicale (1844 - 1852) (3)

Le compositeur Hector Berlioz a beaucoup écrit et parmi ses textes se trouve la nouvelle Euphonia ou la ville musicale, nouvelle de l'avenir recueillie dans Les Soirées de l'orchestre (1852) qui est une version plus courte de la première publication datant de 1844. ArchéoSF vous invite à lire la troisième partie de cette nouvelle se déroulant en 2344 !

Pour (re)lire la première partie, cliquez ICI
 
Pour (re)lire la deuxième partie, cliquez ICI





Euphonia
Nouvelle de l’avenir



PARIS.
(Un salon splendidement meublé).
MINA (seule).
    Ah ça ! mais, il me semble que je vais m’ennuyer ! Ces messieurs se moquent-ils de moi ! Comment ! pas un d’eux n’a encore songé à me proposer quelque chose d’amusant pour aujourd’hui ! Me voilà seule, abandonnée depuis quatre longues heures. Le baron lui-même, le plus attentif, le plus empressé de tous, n’est pas encore venu !... Peut-être ont-ils bien fait, ma foi, de me laisser tranquille ; ils sont si cruellement sots tous ces beaux qui m’adorent. Ils ne savent jamais que parler que de fêtes, de courses, d’intrigues, de scandales, de toilette ; pas un mot qui décèle l’intelligence ou le sentiment de l’art, rien qui vienne du cœur. Et je suis artiste avant tout, moi, et artiste par... l’âme, par... le cœur. D’où vient que j’hésite à le dire ?... Suis-je bien sûre, dans le fait, d’avoir un cœur et une âme ?... Peuh ! Voilà déjà que je ne me sens plus le moindre amour pour Xilef. Je n’ai pas même répondu à ses brûlantes lettres. Il m’accuse, il se désespère, et je pense à lui... quelquefois, mais rarement. Allons, ce n’est pas ma faute, si, comme dit mon imbécile de baron, les absents ont toujours tort, et les présents sont toujours acceptés. Je ne suis pas chargée de refaire le monde. Pourquoi est-il parti ? Un homme qui aime bien ne doit jamais quitter sa maîtresse ; il doit ne voir qu’elle au monde, et compter tout le reste pour rien.
FANNY (entrant).
    Madame, voici vos journaux et deux lettres.
MINA (ouvrant un journal).
    Voyons !... Ah ! la fête de Gluck à Euphonia dans huit jours ! J’y veux aller, j’y chanterai. (Lisant.) « L’hymne composé par Shetland occupe toute la ville, est le sujet de toutes les conversations. On n’a jamais encore, pensons-nous, exprimé plus magnifiquement un plus noble enthousiasme. Shetland est un homme à part, un homme différent des autres hommes par son génie, par son caractère, par le mystère de sa vie. » Fanny, appelez ma mère.
FANNY (en sortant).
    Madame, vous ne lisez pas vos lettres ; je crois qu’il y en a une de votre fiancé, M. Xilef.
MINA (seule).
    Mon fiancé ! Le drôle de mot. Ah ! que c’est ridicule un fiancé ! Mais il peut aussi m’appeler sa fiancée ! Je suis donc ridicule ! Sotte fille, avec ses termes grotesques ! Tout cela me déplaît, me crispe, m’exaspère ........................... Elle n’a que trop bien deviné. Oui, cette lettre est de mon fidèle Xilef. C’est cela... des reproches... ses souffrances... son amour……… toujours la même chanson… Jeune homme ! tu m’obsèdes. Décidément, mon pauvre Xilef, te voilà flambé ! Eh ! au fait, ils sont insupportables, ces êtres éternellement passionnés ! Qui est-ce qui les prie d’être constants ?… Qui l’a prié de m’adorer ?... Qui ?... Eh ! mais, c’est moi, ce me semble. Il n’y songeait pas. Et maintenant qu’il a perdu pour moi le repos de sa vie (phrase de romans)... c’est un peu leste de le planter là ! Oui, mais... on ne vit qu’une fois.
    Voyons l’autre missive ! (Riant). Ah ! ah ! voilà une épître laconique ! Un cheval, très-bien dessiné, pardieu, et pas un mot. C’est à la fois une signature et une phrase hiéroglyphique ! Cela signifie que je suis attendue pour une course au bois par mon animal de baron. Il courra sans moi. (Madame Happer s’avance pesamment.) Mon Dieu, ma mère, que vous êtes lente à venir quand je vous appelle ! Je suis ici à me morfondre depuis plus d’une demi-heure. Je n’ai pas de temps à perdre cependant !
MADAME HAPPER.
    De quoi s’agit-il donc, ma fille ? quelle nouvelle folie allez-vous entreprendre ? Vous voilà bien agitée !
MINA.
    Nous partons !
MADAME HAPPER.
    Vous partez !
MINA.
    Nous partons, ma mère !
MADAME HAPPER.
    Mais je n’ai pas envie de quitter Paris, je m’y trouve fort bien ; surtout si, comme je le soupçonne, c’est pour aller rejoindre votre pâle amoureux. Je le répète, Mina, votre conduite est impardonnable, vous manquez à ce que vous me devez et à ce que vous devez à vous-même. Ce mariage ne nous convient en aucune façon, ce jeune homme n’a pas assez de fortune ! Et puis il a des idées, des idées si étranges sur les femmes ! Tenez, vous êtes folle, trois fois folle, pardonnez-moi de vous le dire, et même niaise, avec tout votre esprit et tout votre talent. On n’a jamais vu d’exemple d’un tel choix, ni d’une telle manie d’épousailles. Je pensais pourtant que la société brillante que vous voyez habituellement ici vous avait un peu remise sur la voie du bon sens ; mais il paraît que vos caprices sont des fièvres intermittentes et que voilà l’accès revenu.
MINA (s’inclinant avec un respect exagéré).
    Ma respectable mère, vous êtes sublime ! Je ne dirai pas que vous improvisez à merveille, car c’est, j’en suis sûre, pour préparer ce sermon que vous m’avez tant fait attendre ! N’importe, l’éloquence a son prix. Mais vous prêchiez une convertie. Or donc, nous partons ; nous allons à Euphonia ; je chante à la fête de Gluck ; je ne pense plus à Xilef ; nous changeons de nom pour nous mettre, dans le premier moment, à l’abri de ses poursuites ; je m’appelle Nadira, vous passez pour ma tante ; je suis une débutante autrichienne, et le grand Shetland me prend sous sa protection ; j’ai un succès fou ; je tourne toutes les têtes ; pour le reste... qui vivra verra.
MADAME HAPPER.
    Ah ! mon Dieu, bénissez-la ! Je retrouve ma fille. Enfin la raison... embrasse-moi, ma toute belle. Ah ! j’étouffe de joie ! Plus de ces sottes opinions sur de prétendues promesses ! A la bonne heure ! Oui, partons. Et ce petit niais de Xilef qui se permettait de songer à ma Mina et de vouloir me l’enlever. Ah ! que j’aie au moins le plaisir de lui dire son fait, à cet épouseur ; c’est moi que cela regarde, et je vais... Morveux ! une cantatrice de ce talent, et si belle ! Oui, mon garçon, elle est pour toi, va, compte là-dessus. En dix lignes je le congédie ; dans deux heures nos malles sont faites, notre navire de poste est prêt, et demain à Euphonia, où nous triomphons, pendant que le petit monsieur nous poursuivra dans la direction contraire. Ah ! je vais lui donner des nœuds à filer. (Madame Happer sort en soufflant comme une baleine, et en faisant des signes de croix.)
FANNY (qui est rentrée depuis quelques instants).
    Vous le quittez donc, madame ?
MINA.
    Oui, c’est fini.
FANNY.
    O mon Dieu, il vous aime tant, et il comptait tant sur vous ! Vous ne l’aimez donc plus, plus du tout ?
MINA.
    Non.
FANNY.
    Cela me fait peur. Il arrivera quelque malheur ; il se tuera, madame.
MINA.
    Bah !
FANNY.
    Il se tuera, cela est sûr !
MINA.
    Assez, voyons !
FANNY.
    Pauvre jeune homme !
MINA.
    Ah ça, vous tairez-vous, idiote ? Allez rejoindre ma mère et l’aider à faire nos préparatifs de départ. Et pas de réflexions, je vous prie, si vous tenez à rester à mon service. (Fanny sort.)
MINA (seule).
    Il se tuera !... Ne dirait-on pas que je suis obligée... D’ailleurs est-ce ma faute... si je ne l’aime plus ! »
    Elle se met au piano et vocalise pendant quelques minutes ; puis ses doigts, courant sur le clavier, reproduisent le thème de la première symphonie de Shetland qu’elle a entendue six mois auparavant. Et elle murmure en jouant : « Réellement c’est beau cela ! Il y a dans cette mélodie quelque chose de si élégamment tendre, de si capricieusement passionné !... » Elle s’arrête... Long silence... Elle reprend le thème symphonique : « Shetland est un homme à part !... différent des autres hommes... par son génie, son caractère (jouant toujours) et le mystère de sa vie... (elle prend le mode mineur) il ne m’aimera jamais, au dire de Xilef ! » Le thème reparaît fugué, disloqué, brisé. Crescendo. Explosion dans le mode majeur. Mina s’approche d’une glace, arrange ses cheveux en fredonnant les premières mesures du thème de la symphonie... Nouveau silence. Elle aperçoit la lettre du baron qui contient un cheval dessiné au trait ; elle prend une plume, trace sur le col de l’animal une bride flottante, et sonne. Un domestique en livrée paraît. « Vous rendrez ceci au baron, lui dit-elle, c’est ma réponse. (A part.) Il est assez bête pour ne pas la comprendre.
FANNY (entrant).
    Madame, tout est prêt.
MINA.
    Ma mère a-t-elle écrit à ... ?
FANNY.
    Oui, madame, je viens de porter sa lettre à la poste.
MINA.
    Montez toutes les deux dans le navire, je vous suis. »
    La femme de chambre s’éloigne. Mina va s’asseoir sur un canapé, croise ses bras sur sa poitrine et demeure un instant absorbée dans ses pensées. Elle baisse la tête, un imperceptible soupir s’échappe de ses lèvres, une légère rougeur vient colorer ses joues ; enfin saisissant ses gants, elle se lève et sort, en disant avec un geste de mauvaise humeur : « Eh ! ma foi, qu’il s’arrange ! »

A suivre !

mardi 27 juin 2017

[coup de pouce] Sauvons les éditions Voy'el

Plusieurs maisons d'éditions publiant de la littérature de l'imaginaire ont fermé leurs portes ces derniers mois. Les éditions du Riez sont les dernières a avoir été contrainte à cesser leurs activités.
La prochaine victime pourrait être les Editions Voy'el qui se débattent avec leur distributeur. 
Vous pouvez les aider à partir de 5 euros. En échange de votre participation différentes contreparties sont offertes.
Il ne reste que quatre jours mais il manque moins de 4000 euros pour atteindre l'objectif !


Pour participer à la campagne ulule: cliquez ICI 

lundi 26 juin 2017

[podcast] 1984 : la littérature prophétique

Concordance des temps, émission animée et produite par Jean-Noël Jeanneney, sur France Culture, a consacré son numéro du 24 juin 2017 à "La littérature prophétique".
Au menu de cette émission George Orwell et son oeuvre maîtresse 1984 mais sont aussi évoqués Albert Robida, Louis-Sébastien Mercier, Jules Verne, HG Wells, Capitaine Danrit ou Franz Kafka.

L'émission comprend diverses archives:

- Lecture de 1984 de George ORWELL par Daniel TARRARE, lu dans l’émission « Après-midi spécial » de Marion THIBA, sur France Culture, le 17 juin 1995.
- Extrait d'une émission à la mémoire d’Albert ROBIDA par Jean CALVEL, le 30 octobre 1951.
- Lecture par Jean DESAILLY d’un extrait de Autour de la lune de Jules VERNE (1870) dans un enregistrement sur disque de 1959.
- Lecture d’un extrait du Procès de KAFKA, lu par Guillaume GALLIENNE dans son émission « ça peut pas faire de mal », sur France Inter, le 9 juin 2012.
- Lecture par Hervé PIERRE d’un extrait de 1984 de George ORWELL, lu dans l’émission « Tire ta langue », d’Antoine PERRAUD,, sur France Culture, le 23 septembre 2003.

Deux citations contradictoires dans l'introduction de cette émission donnent à réfléchir: 

« A force d’écrire des choses horribles, les choses horribles finissent par arriver»
Michel Simon

« La littérature prévient les dangers, oui, mais au sens où elle alerte sur une catastrophe qui, précisément, parce qu’on en a été alerté, ne vient jamais comme on l’avait imaginé»
Patrick Boucheron


ArchéoSF vous propose de retrouver le podcast de ce numéro :


mercredi 21 juin 2017

Hector Berlioz, Euphonia ou la ville musicale (1844 - 1852) (2)

Le compositeur Hector Berlioz a beaucoup écrit et parmi ses textes se trouve la nouvelle Euphonia ou la ville musicale, nouvelle de l'avenir recueillie dans Les Soirées de l'orchestre (1852) qui est une version plus courte de la première publication datant de 1844. ArchéoSF vous invite à lire la deuxième partie de cette nouvelle épistolaire se déroulant en 2344 !

Pour (re)lire la première partie, cliquez ICI

DEUXIÈME LETTRE.
Sicile, 8 juin 2344.
DU MÊME AU MÊME.
Quel martyre notre ministre m’a infligé ! Rester ainsi en Italie, retenu par ma parole, trop légèrement donnée, de n’en point sortir avant d’avoir engagé le nombre de chanteurs qui nous manquent, quand le moindre navire me transporterait à travers les airs aux lieux où est ma vie !... Mais pourquoi son silence ?... Je suis bien malheureux ! Et m’occuper de musique dans cet état de brûlant vertige, avec ce trouble de tous les sens, au milieu de cet orageux conflit de mille douleurs !... Il le faut cependant. O mon ami, le culte de l’art n’est un bonheur que pour les âmes sereines ; je le sens bien à l’indifférence et au dégoût que j’éprouve à l’égard des choses mêmes qui, pour moi, furent en d’autres temps des objets d’un si haut intérêt. N’importe ! Continuons ma tâche.
Sachant la mission dont je suis chargé et mes fonctions à Euphonia, les membres de l’Académie sicilienne m’ont écrit ce matin pour me demander des renseignements sur l’organisation de notre ville musicale ; ils ont beaucoup entendu parler d’elle, mais aucun d’eux cependant, malgré l’excessive facilité des voyages, n’a encore eu la curiosité de la visiter. Envoie-moi donc, par le prochain courrier, un exemplaire de notre charte, avec une description succincte de la cité conservatrice du grand art que nous adorons. J’irai lire l’une et l’autre à la docte assemblée ; je veux me donner le plaisir de voir de près l’étonnement de ces braves académiciens qui sont si loin de savoir ce qu’est la musique.
Je ne t’ai rien dit des concerts ni des festivals en Italie, par la raison que ces solennités y sont tout à fait inusitées ; elles n’exciteraient parmi les populations aucune sympathie, et leur exécution, en tout cas, ne pourrait différer beaucoup de celle que j’ai observée dans les théâtres. Quant à la musique religieuse, il n’y en a pas davantage, eu égard aux idées que nous avons et que nous réalisons si grandement sur l’application de toutes les ressources de l’art au service divin. Les derniers papes ayant prohibé dans les églises toute autre musique que celle des anciens maîtres de la chapelle Sixtine, tels que Palestrina et Allegri, ont, par cette grave décision, fait disparaître à tout jamais le scandale dont se plaignaient si amèrement, il y a quelques siècles, les écrivains dont l’opinion nous paraît avoir eu de la valeur. On ne joue plus, il est vrai, des concertos de violon pendant la messe, on n’y entend plus des cavatines chantées en voix de fausset par un homme entier, l’organiste n’exécute plus des fugues grotesques ni des ouvertures d’opéras bouffons ; mais il n’en faut pas moins regretter que cette expulsion, trop bien motivée, de tant de monstruosités choquantes et ridicules, ait entraîné celle des productions nobles et élevées de l’art. Ces œuvres de Palestrina ne sauraient être pour nous, ni pour quiconque possède la connaissance aujourd’hui vulgaire du vrai style sacré, des œuvres complètement musicales, ni absolument religieuses. Ce sont des tissus d’accords consonants dont la trame est quelquefois curieuse pour les yeux ou pour l’esprit, en considérant les difficultés dont l’auteur s’est amusé à trouver la solution, dont l’effet doux et calme sur l’oreille fait naître souvent une profonde rêverie ; mais ce n’est point là la musique complète, puisqu’elle ne demande rien à la mélodie, à l’expression, au rythme ni à l’instrumentation. Les savants siciliens seront fort surpris, j’imagine, d’apprendre avec quel soin il est défendu dans nos écoles de considérer ces puérilités de contre-point autrement que comme des exercices, de voir en elles un but au lieu d’un moyen de l’art, et, en les prenant ainsi au sérieux, de transformer les partitions en tables de logarithmes ou en échiquiers. En résumé cependant, s’il est regrettable qu’on ne puisse entendre dans les églises que des harmonies vocales calmes, au moins faut-il se féliciter de la destruction du style effronté, qui a été le résultat de cette décision. Entre deux maux, estimons-nous heureux de n’avoir que le moindre. Les papes, d’ailleurs, ont permis depuis longtemps aux femmes de chanter dans les temples, pensant que leur présence et leur participation au service religieux n’avaient rien que de naturel, et devaient paraître infiniment plus morales que le barbare usage de la castration, toléré et encouragé même par leurs prédécesseurs. Il a fallu des siècles pour découvrir cela ! Autrefois il était bien permis aux femmes de chanter pendant l’office divin, mais à la condition pour elles de chanter mal ; dès que leurs connaissances de l’art leur permettaient de chanter bien et de figurer en conséquence dans un chœur artistement organisé, défense était faite aux compositeurs de les y employer. Il semble, en lisant l’histoire, que dans certains moments notre art ait eu à subir l’influence despotique de l’idiotisme et de la folie.
Les chœurs des églises d’Italie sont en général peu nombreux ; ils se composent de vingt à trente voix au plus, aux jours des grandes solennités. Les choristes m’ont paru assez bien choisis ; ils chantent sans nuances, il est vrai, mais juste et avec ensemble ; et il faut évidemment les placer à part fort au-dessus des malheureux braillards des théâtres, dont je m’abstiens de te parler.
Adieu, je te quitte pour écrire encore à Mina ; serai-je plus heureux cette fois, et me répondra-t-elle enfin ?
Ton ami,
XILEF.

 A suivre !

mercredi 14 juin 2017

Amiens à l'heure Steampunk ! Tous à la Steamhouse !

 Le 17 juin, Amiens se met à l'heure "steampunk"! 
Toutes les animations sont gratuites ainsi que l'accès à la Maison Jules Verne de 19h à 23h.
D'abord genre littéraire né dans les années 1980, le Steampunk est devenu un mouvement incontournable englobant dans son esthétique particulière la musique, la bande dessinée, les mangas, le cinéma, les jeux vidéo… Le Steampunk, c'est avant tout l'héritier de Jules Verne : l'écrivain se place avec H.G Wells dans les références majeures du genre depuis ses débuts. On retrouve en effet des éléments caractéristiques de l'œuvre de Jules Verne dans l'univers Steampunk : le contexte du XIXe siècle bien sûr, mais aussi les machines extraordinaires, les voyages, l'utilisation des sciences et l'esprit d'aventure !

Il était donc naturel que la Maison de Jules Verne l'accueille dans ses murs !

A l'occasion de cette soirée très spéciale, la Maison de Jules Verne devient Steamhouse, la Maison à vapeur, lieu de rencontre de tous les vaporistes d'ici et d'ailleurs … personnages et objets issus de l'univers Steampunk ont trouvé leur place chez Jules Verne !


Animations de la journée:

Programme pour la Médiathèque d'Amiens (Bibliothèque Louis Aragon, rue de la République), entrée gratuite

14h-15h30 : atelier de création Steampunk avec Henri Michaels

15h30-16h30: table ronde co-animée avec Anaïs et Romain sur la culture Steampunk en présence d'Henri Michaels, Julien Hirts, Arthur Morgan (co-auteur du Guide Steampunk), Philippe Ethuin (directeur de la collection ArchéoSF, anthologiste de Le Passé à vapeur, anthologie proto-steampunk)

16h30-17h30 : séance de dédicaces avec les auteurs

19h00 : Ouverture de la Steamhouse !

Maison Jules Verne, rue Charles Dubois, Amiens, entrée gratuite 19h00-23h00 (attention, dernière entrée à 22h30)

Séances photos avec la Guilde Dòl Hròkr dans la cabine du navire (étage) avec prêt de costumes Steampunk
Session de "duels de thé" avec le Blackstorm dans la verrière (rez-de-chaussée)
Contes et lectures avec le Blackstorm
Stand de création Steampunk (bijoux) avec Olkenheim Craft
Déambulation des troupes Steampunk de la Guilde Dòl Hròkr avec le Blackstorm
Stands dédicaces avec Emilie Dumoulin (illustratrice) et Julien Hirt (auteur) de La Ville des mystères, Arthur Morgan (co-auteur du Guide du Steampunk) et Philippe Ethuin (collection ArchéoSF).

Expositions:
Oeuvres Steampunks avec Henri Michaels et Julien de Hurtez dans toute la Maison Jules Verne
Cabinet de curiosité du Blackstorm

jeudi 8 juin 2017

Henry Maret, Carnet d'un sauvage ou la critique de la vitesse (1910)

Dans son « Carnet d'un Sauvage », le député et homme politique Henry Maret fait la critique de la vitesse en se projetant dans le futur :

Carnet d'un sauvage

Dans un des manuels scolaires de l'an 2000, vous ne manquerez pas, si vous vivez encore, ce que je vous souhaite de tout mon cœur, de lire les lignes suivantes :

« En ce temps-là une nouvelle épidémie se répandit par le monde. On rappela la maladie de la vitesse. Tout d'un coup les hommes étaient saisis comme d'un vertige. On les voyait sans raison se dépêcher, se dépêcher. Les uns montaient dans de grosses machines, qu'ils avaient inventées pour les porter plus rapidement d'un point à un autre, où, d'ailleurs, les trois quarts du temps ils n'avaient que faire. Les autres, non contents de circuler sur la terre et les mers, et ayant remarqué que les hirondelles traversaient l'air avec une surprenante vélocité, s'étaient demandé pourquoi ils ne seraient pas aussi habiles que les hirondelles, et ils s'étaient mis à voler dans toutes les directions. »
« Jamais la rage de se casser les reins n'avait atteint de pareilles proportions, car tous les jours on enregistrait des morts tragiques. Les humains se culbutaient les uns sur les autres avec la conviction que ce n'était pas la peine d'avoir une vie, si ce n'était pour la perdre : et tandis que certains d'entre eux étudiaient pour la prolonger, le grand nombre ne cherchait qu'à la détruire. »
« Les ravages causés par cette singulière épidémie dépassèrent de beaucoup ceux de la peste noire et du choléra asiatique. Cette folie dura jusqu'à ce que, la population diminuant considérablement, quelques philosophes mirent au concours la question de savoir s'il était bien utile d'aller aussi vite pour arriver à la fin de son existence, et si cela constituait un véritable progrès. Ces philosophes commencèrent par être conspués, et l'on en mit plusieurs en croix pour leur apprendre à vivre. Après quoi on reconnut qu'ils ne parlaient point sans raison.
Et l'humanité guérit. »

Henry Maret (1837-1917), « Carnet d'un sauvage », in Le Journal n° 6583, 5 octobre 1910