samedi 21 janvier 2017

Pierre Giffard (1853-1922)

Le 21 janvier 1922 mourait Pierre Giffard.

Né le 1er juillet 1853, il fut surtout journaliste mais tâta aussi de la fiction.

Si son nom est attaché au roman en livraison La Guerre infernale (illustré par Albert Robida), Pierre Giffard est aussi l'auteur de La Fin du cheval (illustré par Albert Robida, publié dans le Petit Français illustré en 1898 et repris en volume cartonné l'année suivante) dans lequel il prévoit que l'équidé sera supplanté par la bicyclette et les moyens de transport automobiles. Le livre La Fin du cheval a été récemment réédité par les Presses Universitaires de Valenciennes (2015).







Conscient de l'évolution du monde et adepte des pratiques sportives, il fut le propagandiste de la bicyclette (c'est à lui que l'on doit son surnom de "petite reine" et il lança plusieurs grandes courses cyclistes classiques comme Paris-Brest-Paris en 1891), l'organisateur de la première course automobile au monde (Paris-Rouen en 1894) et le créateur du Marathon de Paris (1896).
Il est aussi à l'origine de la création du Paris-Brest après avoir demandé à son pâtissier de Maison-Lafitte de concevoir un gâteau en forme de roue (de vélo).
Politiquement, il fut républicain et Dreyfusard, ce qui lui valu des brouilles durables avec certains journalistes et auteurs comme le Comte (puis Marquis) de Dion, le créateur de l'entreprise automobile De Dion-Bouton  (à lire sur ArchéoSF de cet auteur: L'Automobile et la guerre future, 1906).

La presse de 1922 livre quelques nécrologies de Pierre Giffard rappelant essentiellement son rôle de précurseur dans le domaine des transports.


 In L'Aéronautique, février 1922

Dès 1923, un mouvement est créé, rassemblant différents comités sportifs, pour ériger un Monument Pierre Giffard. Il est inauguré en forêt de Saint-Germain en Laye à l'intersection des routes de Saint-Germain, de Maisons et de Conflans au lieu appelé La Croix de Noailles.
La comparaison entre une photographie prise lors de l'inauguration et une photographie contemporaine montre une différence...






Illustrations:
Pierre Giffard vers 1901 (source: Gallica)
Monument Pierre Giffard


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire